Le bénéficiaire d’une assurance-vie est la personne ou les personnes désignées par le titulaire de l’assurance pour recevoir le capital et/ou les prestations en cas de décès. Si aucun bénéficiaire n’est désigné, c’est le conjoint du titulaire qui hérite automatiquement du contrat. À noter que depuis 2007, il est possible de choisir plusieurs bénéficiaires, y compris des mineurs (ceux-ci seront représentés par un tuteur). Dans ce cas, il faut préciser la part attribuée à chacun d’eux. Si vous êtes divorcé ou séparés de corps, seul le conjoint désigné sur l’acte de naissance peut hériter du contrat.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Qui sont les héritiers?

Il n’y a pas de réponse unique à cette question, car les héritiers peuvent être différents selon le contexte. Dans certains cas, les héritiers sont les enfants du défunt ; dans d’autres, ce sont tous les descendants du défunt ; et dans d’autres encore, ceux qui ont été spécifiquement choisis par le défunt (par exemple, via un testament). Les héritiers peuvent également ne pas être des personnes : on parle alors de succession ab intestat.

Que doivent-ils faire pour recevoir l’héritage?

Pour recevoir l’héritage, les héritiers doivent d’abord réunir tous les documents nécessaires. Ces documents comprennent le certificat de décès du défunt, la preuve de sa nationalité française et son acte de naissance. Ils devront également fournir une liste des biens que le défunt a laissés derrière lui. Ensuite, ils devront contacter un notaire en France pour obtenir plus d’informations sur la procédure à suivre.

S’il n’y a pas d’héritier, qui reçoit l’héritage?

En France, si une personne meurt sans héritier directement apparent, son héritage sera réparti équitablement entre ses parents et/ou descendants collatéraux. Dans le cas où la personne décédée ne laisse pas de parents ni de descendants collatéraux vivants, l’héritage revient à ses grands-parents paternels et maternels ou à leurs descendants. Cette règle est appelée «règle des ascendants».